Principes de gestion pour un plan d’eau en bonne santé

Pourquoi la gestion d’un étang est-elle si importante ?

Un étang est une entité vivante, qui évolue et vieillit naturellement. S’il est laissé sans entretien, il se remplit graduellement, devient un marais et, éventuellement, un pré. C’est un processus naturel dont le rythme de vieillissement dépend de la géomorphologie du plan d’eau ainsi que des activités anthropiques s’effectuant autour de celui-ci. La plupart des gens souhaitent un étang qui se trouve dans un état de relative ‘jeunesse’, aussi appelé ‘oligotrophe’. On peut comparer l’entretien d’un étang avec l’entretien d’un jardin où on doit investir temps et argent pour conserver un certain niveau de santé et d’esthétisme sans quoi les plantes indésirables prennent le dessus.

Les étangs sains contiennent des communautés équilibrées de micro-organismes, d’invertébrés, de poissons et de plantes. La santé et la longévité d’un plan d’eau peuvent être grandement affectées par un déséquilibre de l’écosystème, car tous les éléments du plan d’eau fonctionnent en interaction de façon dynamique. Par exemple, la mort des plantes aquatiques entraîne des dépôts de biomasse (composés de carbone) dans le fond d’un plan d’eau qui provoque une forte demande biologique en oxygène pour pouvoir être décomposée. En l’absence d’oxygène, cette matière organique ne peut être dégradée et s’accumule sous forme de vase, ayant pour conséquences le vieillissement du plan d’eau ainsi que la production de gaz nocifs pour la faune, reconnaissables à leur odeur nauséabonde.

Il est donc important de savoir que la santé des communautés biologiques est directement affectée par les conditions physicochimiques d’un plan d’eau. En effet, le niveau d’oxygène dissous et de nutriments, la profondeur et la forme du plan d’eau ainsi que la composition du substrat au fond sont des facteurs qui interagissent avec les organismes vivants et influencent donc la santé du plan d’eau. C’est ça l’écologie !

Que pouvez-vous faire pour assurer une bonne gestion de votre lac ou étang ?

Il n’y a pas de solution miracle, mais il y a plusieurs outils qui peuvent être utilisés pour assurer que votre plan d’eau maintienne une bonne santé. Parmi ces outils, il y a l’aération, la bio augmentation (l’inoculation de bactéries bénéfiques purifiant l’eau et assurant un bon environnement pour la faune et la flore), les colorants pour étangs, les bio-filtres, les traitements chimiques pour réduire le phosphore ou les algues, le dragage, etc. La gestion d’un étang nécessite donc la connaissance et la surveillance des processus physicochimiques et biologiques pour décider des bons traitements aux bons moments.

L’aération d’un étang est la meilleure méthode pour contrôler la qualité de l’eau et les algues. Il est très important de ne pas négliger l’aération des petits bassins et des étangs qui ont une grande charge organique et qui sont typiquement boueux au fond. Nous recommandons fortement l’aération par le fond comme la meilleure forme d’aération. Bien que les fontaines et les cascades soient esthétiquement plaisantes et offrent une aération de surface, elles n’apportent pas une oxygénation des sédiments, là précisément où se trouve la plus grande demande en oxygène. Nous vous suggérons de compléter le formulaire de consultation en ligne pour recevoir une proposition de nos experts.

Voici les cinq principales étapes pour un bon entretien d’un plan d’eau :

  1. Définir les buts du traitement, c’est-à-dire les objectifs précis pour l’étang. Voulez-vous rendre l’eau plus claire, contrôler les algues et les plantes aquatiques enracinées? Contrôler les odeurs? Ensemencer des poissons? Garder votre étang ouvert en hiver? Certains de ces buts peuvent être en conflit avec d’autres. Il est donc important de comprendre ce qui est réaliste et ce qui ne l’est pas. N’hésitez pas à nous contacter pour y voir plus clair.
  2. Définir les paramètres physicochimiques et biologiques comme la forme et la profondeur de l’étang, la composition physicochimique de l’eau et les organismes biologiques y vivant. Ceux-ci sont des facteurs critiques à intégrer dans un plan de gestion. La santé de l’étang ne peut pas être assurée sans considérer le bassin de drainage en respect des écoulements d’eau, de la présence de fertilisants et de la fréquence de leur application. Ces données peuvent déjà exister, sinon, elles devront être recueillies pour assurer un bon programme de gestion.
  3. Déterminer un plan de gestion pour le lac ou l’étang à partir des buts du traitement (étape 1), de la connaissance des paramètres physicochimiques (étape 2) et des aspects légaux (voir avec votre municipalité).
  4. Exécuter le programme de gestion. Celui-ci inclut un plan de traitement et une surveillance régulière du plan d’eau. Généralement celui-ci commence par l’ajout d’une aération appropriée, suivie de la bio-augmentation et du colorant. Les traitements chimiques sont gardés en dernier recours. Un bon programme d’entretien de santé doit être ajustable selon les saisons, l’âge du plan d’eau et les impacts possibles. Cette approche est similaire à celle utilisée lorsqu’on consulte un médecin ou un dentiste. La documentation des symptômes et le suivi des améliorations sont nécessaires pour optimiser les traitements. Il est possible que des ajustements soient requis en cours de route.
  5. Assurer une bonne communication et interaction entre l’équipe de gestion et des utilisateurs. Il est essentiel de maintenir une communication régulière avec les associations pour un suivi efficace suite aux remarques et commentaires sur le programme ainsi que les changements possibles dans les objectifs du traitement.

Traduit de: Karl F. Ehrlich, Ph.D & Marie-Claude Cantin Ph.D, ©1999

À lire aussi: