Prendre soin de son petit jardin d’eau

L’industrie des jardins d’eau est énorme, et de nouvelles technologies sont présentées régulièrement. Nous conseillons à nos clients de bien s’assurer que ce qu’ils demandent et vraiment ce dont ils ont besoin. Cela peut être difficile lorsque vous êtes un nouvel amateur de jardins d’eau, mais il est important de considérer les solutions naturelles qui imitent la nature avant d’investir dans des technologies de fantaisie. Des solutions qui se rapprochent de la nature auront l’avantage de diminuer considérablement l’entretien requis pour votre jardin aquatique.

Voici ce qui se passe dans votre jardin d’eau ou votre étang :

L’eau de votre étang provient de votre robinet, de la pluie, d’un cours d’eau, d’eaux souterraines ou une combinaison de ces sources. L’eau se réchauffe et des nutriments s’y déversent après une forte pluie, en provenance du ciel et à partir du ruissellement au sol, ainsi qu’à partir de la nourriture et des déchets des poissons et des plantes. Dans certains cas, dès que le bassin se remplit, l’eau peut devenir verte dès le départ.

Un écosystème est présent dans l’eau et il évolue au fil du temps. C’est un système vivant à la recherche d’un équilibre en oxygène, mouvement, lumière, ombre et éléments nutritifs. En tant qu’amateur de jardins d’eau, nous avons des attentes face à l’eau de nos étangs. Nous voulons qu’elle soit claire, limpide et propre pour bien voir nos poissons, nos plantes aquatiques, etc. En toute saison, l’eau peut être ainsi mais aussi sombre, trouble, verte et nauséabonde.

Que peut-on y faire pour contrôler la qualité de l’eau ?

Tout d’abord, se rappeler qu’il s’agit d’un jardin d’eau (ou étang) et non d’une piscine ou d’une source d’eau potable. En tant que tel, il aura un rythme et un cycle au niveau de la qualité de l’eau en fonction de la température, de la pluie, etc. Votre but est de maintenir la qualité de l’eau aussi stable que possible. L’élément qui fait cela pour nous sur le plan microbiologique sont les bactéries bénéfiques. Elles aident à clarifier l’eau, elles réduisent les nutriments et produisent des protéines qui sont recyclées dans le système. Elles aident à diminuer les mauvaises odeurs et elles consomment les sédiments organiques de sorte que plus d’oxygène est disponible pour l’eau, les poissons et les plantes. Ces petites merveilles, dont environ 500 se retrouvent naturellement dans les eaux canadiennes, sont nos atouts majeurs pour les jardins d’eau et les étangs. Elles vivent dans la vase ou le biofilm qui recouvre toutes les surfaces sous l’eau et elles ont besoin de notre respect et de notre protection.

Les bactéries bénéfiques pour votre écosystème vivent dans le biofilm gluant qui se retrouve sur les roches submergées de votre jardin d’eau. Ces petites merveilles ont besoin de notre respect et de notre protection.

Les technologies telles que les filtres UV et générateurs d’ozone, tuent ces bactéries puisque ces nouvelles technologies ont été conçues pour l’eau potable et les industries. Quant aux filtres, même s’ils sont utiles, ils sont en grande partie inutiles en présence de bactéries et d’un filet de piscine pour recueillir les feuilles en automne.

L'eau claire d'un bassin de koi

Donc, il faut considérer les jardins d’eau comme un écosystème naturel auquel on doit simplement fournir de l’oxygène et peut-être y ajouter des bactéries bénéfiques pour aider à y recycler les éléments nutritifs. Lorsque les bactéries sont tuées par toutes ces technologies vous devrez recourir aux produits chimiques pour atteindre la qualité d’eau que vous désirez et, ne vous appuyant pas sur le processus naturel, l’utilisation de produits chimiques ne cessera jamais, alors que l’aération en présence de bactéries bénéfiques (ajoutées ou naturelles) gardera votre étang dans un état stable ponctué du rythme parfois imprévu que nous impose Mère Nature!

Article Connexe: