Assainissement d’un étang à truites avec l’aération solaire

Résumé

Produits Étang.ca a traité en 2014 un étang de truites qui présentait des conditions sous-optimales pour la croissance sa population de truites. Les variables mesurées ont été le taux de carbone organique dissous, le taux d’oxygène dissous ainsi que le température de l’eau. La qualité de l’eau de l’étang a été améliorée avec succès, permettant à la population de truites de se développer en santé.

Assainissement d’un étang de truites avec l’aération solaire (PDF)

Définition du problème

La principale problématique de cet étang était la faible concentration de l’oxygène dissous (OD) qu’il fallait augmenter uniformément dans l’eau du bassin pour permettre à la population de truites de se développer convenablement. La clarté de l’eau du lac était minimale étant donné la grande concentration en carbone organique dissous (COD) dans l’eau. Heureusement, la croissance des algues ne présentait pas un problème. Cela signifiait que la consommation de l’oxygène dissous se faisait probablement par la décomposition de sédiments benthiques, ou même allochtones, et non par la respiration des algues.

Un rapport du propriétaire de l’étang démontrait que la population de truites diminuait considérablement, sans signes évidents de la mort massive des poissons. La disparition rapide des poissons aurait pu être liée à l’apparition de prédateurs. Cependant, peu importe la cause, le manque de ressources et d’habitat pour le bon développement de la truite était la base du problème.

Pour bien vivre et se développer, les truites ont besoin d’une concentration en oxygène dissous minimale de 4 mg/L. Les couches profondes sont souvent très pauvres en oxygène lorsqu’une stratification thermique est présente durant l’été ou l’hiver. Ceci précisément pose le plus grand problème: La couche d’eau supérieure (épilimnion) devient trop chaude en été pour que les truites puissent y vivre (les truites vivent dans l’eau froide et meurent lorsque  l’eau atteint 23 °C). En conséquence, ne pouvant vivre ni au fond par manque d’oxygène, ni en surface par trop de chaleur, ne reste plus qu’une toute petite couche d’eau habitable entre les deux clines.

Échantillonnage préalable

Avant tout traitement, l’équipe de Produits Étang.ca a échantillonné l’eau de l’étang pour ainsi évaluer les paramètres à améliorer.

Le premier échantillon a montré qu’à partir de 1.8 mètres (6 pieds) de profondeur, l’oxygène dissous était sous le seuil de 4 mg/L requis pour la survie de la truite. En d’autres mots, bien que l’étang fasse 4 mètres (13 pieds) de profondeur maximale, les truites qui s’aventurent plus profond que 6 pieds asphyxient.

La température de l’eau a également été mesurée en fonction de la profondeur.

Traitement appliqué

En raison de l’absence de source électrique près du site, les solutions pour l’ajout d’oxygène dissous dans l’eau étaient rest

reintes. La seule option s’offrant à l’équipe était d’installer un système d’aération solaire alimentant le diffuseur. Le système a été installé au début de l’été 2014 et les tests ont été effectués à deux reprises, soit à la fin de ce même été et à l’été suivant.

Résultats

Le taux d’oxygène dissous dans l’eau a augmenté dans tous les échantillons post-traitement analysés. La plus grande augmentation a été observée au point le plus profond de l’étang, avec un taux moyen d’oxygène dissous passant de 0 à 5 mg/L, ce qui dépasse le seuil minimal de concentration en OD requis pour la survie des truites (Figure 1).

Également, nous avons constaté un écart plus faible d’OD pour la couche supérieure de la colonne d’eau, comparativement aux couches profondes. Ceci signifie qu’une stratification thermique était présente avant le traitement. L’aération a fait circuler toute la colonne d’eau, faisant remonter l’eau anoxique du fond.

Les mesures de températures ont montré que l’épilimnion (premiers 4 pieds) était entre 16 et 18 °C. Ce résultat n’est pas idéal pour la survie des truites, car celles-ci nécessitent une température entre 8 et 21 °C (46 à 70 °F) pour survivre et se reproduire, mais pas fatal (Figure 2).

Comme il était attendu, la stratification de l’eau était beaucoup moins grande après le traitement d’aération, rendant ainsi l’eau du fond plus chaude. Même avec des températures plus élevées, la colonne d’eau, à l’exception de la surface, est demeurée sous les 21 °C nécessaires à la survie et au bon développement des truites.

Conclusion

Le traitement a permis d’augmenter la quantité d’habitat des truites de 55% environ. Produits Étang.ca considère ce projet comme un succès puisque le propriétaire de l’étang a maintenant une population de truites en santé.

Références

Casselman, J. (2013) Haliburton’s Lake Trout: From the Past Into the Future. Presentation. Queen’s University, Kingston, Ontario, Canada.