Base de connaissance | Construction d’étangs, outils et accessoires

Principes de gestion pour un étang en bonne santé

Pourquoi la gestion d’un étang est si importante ?

Un étang est une entité vivante, qui évolue et vieillit naturellement. S’il est laissé sans entretien, il se remplit graduellement, devient un marais et, éventuellement, un pré. C’est un processus naturel dont le rythme de vieillissement dépend de la géomorphologie du plan d’eau ainsi que des activités anthropiques s’effectuant autour de celui-ci. L’entretien d’un étang doit s’effectuer dans le but de conserver son écosystème naturel tout en évitant qu’il se transforme en marais de façon prématurée. On peut comparer l’entretient d’un étang avec l’entretien d’un jardin où on doit investir temps et argent pour conserver un certain niveau de santé et d’esthétisme sans quoi des mauvais herbes prennent le dessus.Une bonne gestion de l'eau assure la santé d'un étang

Les étangs sains contiennent des communautés équilibrées de micro-organismes, d’invertébrés, de poissons et de plantes. La santé et la longévité d’un plan d’eau peuvent être grandement affectées par un déséquilibre de l’écosystème, car tous les éléments du plan d’eau fonctionnent en interaction de façon dynamique. Par exemple, la mort des plantes aquatiques entraîne une accumulation de dépôts de carbone ou de vase dans le fond d’un plan d’eau par la décomposition de matière organique. Cette accumulation a pour effet le vieillissement du plan d’eau ainsi que la production de gaz et odeurs nocives pour la faune.

Il est donc important de savoir que la santé des communautés biologiques est directement affectée par les conditions physicochimiques d’un plan d’eau. En effet, le niveau d’oxygène dissous et de nutriments, la profondeur et la forme du plan d’eau ainsi que la composition du substrat au fond sont des facteurs qui interagissent avec les organismes vivants et influencent donc la santé du plan d’eau. C’est ça l’écologie !

Que pouvez-vous faire pour assurer une bonne gestion de votre lac ou étang ?

Il n’y a pas de solution miracle, mais il y a plusieurs outils qui peuvent être utilisés pour assurer que votre plan d’eau maintienne une bonne santé. Parmi ces outils, il y a l’aération*, la bio augmentation (l’ensemencement de bactéries bénéfiques purifiant l’eau et assurant un bon environnement pour la faune et la flore), les bio filtres, l’ajout de produits chimiques pour réduire le phosphore, les algues ou la boue, l’ajout de colorant, le dragage, etc. La gestion d’un étang nécessite donc la connaissance et la surveillance des processus physicochimiques et biologiques pour décider des bons traitements aux bons moments.Fontaine flottante aératrice, 4400VFX de Kasco ou AquaMaster 2HP

L’aération d’un étang est la meilleure méthode pour contrôler la qualité de l’eau et les algues. Il est très important de ne pas négliger l’aération des petits bassins et des étangs qui ont une grande charge organique et qui sont typiquement boueux au fond. Nous recommandons fortement l’aération par le fond comme la meilleure forme d’aération. Bien que les fontaines et les cascades sont esthétiquement plaisantes et offrent une aération de surface, l’aération par le fond constitue la façon la plus efficace pour améliorer et maintenir une bonne qualité d’eau. Nous vous suggérons de compléter le formulaire de consultation en ligne pour recevoir une proposition de nos experts.

Voici les cinq principales étapes pour un bon entretien d’un plan d’eau :

  1. Définir les buts du traitement, c’est-à-dire, ce qui est désiré et ce qui est possible. Par exemple, rendre l’eau plus claire, contrôler les algues et les plantes aquatique enracinées ou contrôler les odeurs. Certains de ces buts peuvent être en conflit avec d’autres. Il est donc important de comprendre ce qui est possible et réaliste de ce qui ne l’est pas.
  2. Définir les paramètres physicochimiques et biologiques comme la forme et la profondeur de l’étang, la composition physicochimique de l’eau et les organismes biologiques y vivant. Ceux-ci sont des facteurs critiques à intégrer dans un plan de gestion. La santé de l’étang ne peut pas être assurée sans considérer le bassin de drainage en respect des écoulements d’eau, du choix des fertilisants et de la fréquence de leur application. Ces données peuvent déjà exister, sinon, elles devront être recueillies pour assurer qu’un bon programme de gestion puisse être planifié.
  3. Développer un programme de gestion pour le lac à partir des buts du traitement (étape 1), de la connaissance des paramètres physicochimiques du lac (étape 2) et des aspects légaux.
  4. Exécuter le programme de gestion. Celui-ci inclue un plan de traitement et une surveillance régulière du plan d’eau. Il n’est pas possible de prescrire un seul protocole de traitement pouvant être appliqué à toutes les éventualités. Un bon programme d’entretien de santé doit être ajustable selon les saisons, l’âge du plan d’eau et les impacts pouvant l’affecter. Cette approche n’est pas différente de celle utilisée lorsqu’on consulte un médecin ou un dentiste. Les examens sont sûrement nécessaires pour optimiser les traitements.
  5. Assurer une bonne communication et interaction entre l’équipe de gestion et des utilisateurs. Il est essentiel de maintenir une communication régulière avec les associations pour un suivi efficace suite aux remarques et commentaires sur le programme ainsi que les changements possibles dans les buts du traitement (étape 1).